La peur d'échouer - La santé et la minceur au naturel par Céline Racine
1

La peur d’échouer

Connaissez-vous la peur d’échouer ?

La peur panique, ça vous parle? Celle qui vous tétanise et vous empêche d’agir. Celle qui vous hypnotise et vous paralyse. Je l’ai (re)vécue il y a quelques jours seulement.

Cet article vous inspire ?

Rejoignez ma communauté en inscrivant votre adresse mail ci-dessous vous recevrez chaque semaine mes conseils, mes astuces et mes expériences qui me permettent de garder ma ligne, ma vitalité et ma joie de vivre en toutes circonstances 

Actuellement en formation, il y a une étape technique très ardue pour moi par laquelle je dois passer et qui me fait peur. En parallèle, je suis les cours à distance, visionne les tutos et participe activement au groupe fermé Facebook de cette formation par où passent des informations importantes, des échanges sur la technique, des expériences, des états d’âme aussi. Bref, il y a énormément d’informations à gérer en même temps pour moi et ceci sans l’économie de la routine quotidienne: ménage, courses, enfants, devoirs, repas et j’en passe…

Les émotions

Je suis de nature déterminée et volontaire, mais je suis aussi très émotive. Et lorsque je ne suis pas centrée, je me laisse très vite dépasser par les émotions. Très motivée par cette formation, je m’y suis lancée corps et âme. Je me suis passionnée par les sujets traités. J’ai dévoré les cours les uns après les autres. Jusque là tout était assez gérable puisque très théorique. Le temps de passer à la pratique est arrivé.

S’oublier et laisser place à la peur

J’ai appris qu’il fallait d’abord s’occuper des gros cailloux avant les grains de sable. Je retrousse mes manches et plonge mes mains dans le cambouis. Je saisis ma peur de la technique à bras le corps.

Une fois attelée à la tâche, je ne vois pas le temps passer. Je me laisse emporter par une action puis une autre, dans la peur de perdre le fil si je m’arrête. Chaque moment de la journée se montrant accessible pour m’y replonger, j’y retourne. J’en oublie de manger, de m’arrêter pour faire des pauses et respirer, me recentrer, de prendre du recul. Je plonge. Je nage. Je m’essouffle et les flots finissent par m’engloutir.

Entendre la peur

Et là… c’est l’angoisse. Je n’y arrive pas. Et voici que mon ego arrive au grand galop et se manifeste. Très loin d’un alignement corps-esprit-âme, il est très difficile pour moi de le dompter. Trop fatiguée, je n’ai pas l’énergie de l’écouter. Je veux qu’il se taise, qu’il me fiche la paix. Je veux avancer, avancer, avancer. Mais il s’exprime toujours plus fort. Et je l’entends: tu n’y arriveras jamais. A nouveau tu veux te croire forte. T’as l’air maligne hein? Avec tes soi-disant « oui à la vie ». Regarde comme tu galères. C’était bien plus facile avant. Pas de décision à prendre. Pas de choix à faire. Pas de souffrance. Juste commencer une journée et la finir. Faire la bonne fille. Celle qui ne pense pas mais qui fait…. SILENCE!!!!

Je t’entends EGO, mais je ne veux pas t’écouter. Pas maintenant. J’ai pas le temps. Et paf! C’en est trop. Trop de fatigue. Je suis épuisée. Je me sens seule. Personne ne m’aide. C’est la faute à ci ou à ça. Cette formation n’est pas à la hauteur de mes attentes… Et tous ces messages qui passent en boucle dans ma tête. Mon EGO est en train de me dominer. Je suis en train de capituler.

Identifier la peur

Je laisse monter l’émotion pour l’identifier et je me rends compte que la peur m’envahit. Je suis pétrifiée. Peur d’échouer? Mais nooooon… justement… je me rends compte que j’ai peur de réussir. Que si je continue cette expérience, elle m’amènera à une réussite certaine. Peut-être pas celle que je m’imagine aujourd’hui. Mais je suis en lien avec une réussite qui m’amènera à une dimension supérieure, à quelque chose d’encore plus grand.

Le lien avec soi

Et voici à nouveau que le trop beau, le trop grand, le trop brillant m’effraie! Vite! Mon tambour! Il est urgent que je me reconnecte à MOI. A la raison de ce projet. J’entreprends alors une séance d’auto guérison en tapant sur mon tambour et en lâchant à travers ma voix et mon corps toutes ces émotions cristallisées et tues depuis plusieurs semaines. Et là je comprends que mon EGO est en train de me saboter.

Je suis en train de m’auto-saboter en mettant la faute sur X ou Y et pis que c’est trop dur et que je n’y arriverai jamais et que c’était bien mieux avant que j’aie ces grandes idées de tout changer dans ma vie. AAAAHHHH!!!!! STOP!! Je me réaligne avec mon âme, à ma mission originelle. ASSEZ l’EGO… Ouste… je t’ai fait assez de place. Ca suffit maintenant. C’est moi qui décide et je te montrerai que peu importe ou me mène cette expérience, je veux la vivre. Elle est si enrichissante. J’y fais de belles rencontres. Le groupe de femmes qui participe à cette formation est extraordinaire. J’y rencontre un soutien exemplaire. Une force insoupçonnée. Encore une fois, j’expérimente la force du groupe. Unies, nous sommes plus fortes. Je sais que j’arriverai au bout de ce projet et qu’il y aura un avant et un après. Cette expérience est aussi une belle opportunité pour travailler sur mes facettes immatures.

Prendre soin de soi

Voici déjà un bel exemple: celui de prendre soin de soi dans les moments les plus stressants. Savoir s’arrêter à temps, prendre du recul, respirer. J’en ai oublié de me rendre en forêt, de respirer. Je me suis éloignée de mon équilibre quotidien. Conscient que je n’étais pas alignée, mon EGO a su prendre la place que je lui laissais. Il m’a dominée.

Si vous aussi êtes en contact avec ce sentiment que c’est trop dur, que ce n’est pas pour vous, prenez le recul nécessaire et posez-vous les bonnes questions. Rappelez-vous pourquoi vous avez pris telle ou telle décision. En vous remettant en contact avec la raison qui vous a poussée à passer l’action.

Ressentez-vous les vibrations de la vie en vous ? Sentez-vous à nouveau la passion qui vous anime? Gardez votre FOCUS bien en tête et reconnectez-vous à lui dans les moments de doutes.

Rester connectée

Mettez-en place des rituels qui vous permettent de rester centrée et concentrée sur vos projets. Mettez en place des moments de calme pour vous mettre en contact avec votre SOI, pour respirer, ralentir, méditer. Faire de l’espace pour entendre l’inaudible et voir l’invisible. Allez chercher les réponses et les raisons qui vous ont poussées à passer à l’action. Et là tout devient clair. Il est alors temps de remonter en selle, de remettre le métier à l’ouvrage. Vous seule êtes l’actrice, la réalisatrice de votre projet.

Les doutes font partie du chemin. Ils sont un bon moteur pour nous rappeler l’essence de notre projet, le pourquoi. Ils sont utiles pour nous rappeler qu’il est temps de prendre soin de nous. De prendre du recul pour se réaligner, pour repartir sur une bonne énergie et gagner en efficience.

  •  
  •  
  •  
Céline Racine
 

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Yoga Ashtanga – Eveillee - 13 juin 2018

[…] un immense besoin à R E S P I R E R profondément, calmement et en conscience. Voyez ici (article) ce qui se passe lorsque je ne le fais […]

Reply

Leave a Reply: