Comment le jeûne m'a amenée à la conscience alimentaire - La santé et la minceur au naturel par Céline Racine
2

Comment le jeûne m’a amenée à la conscience alimentaire

J’accompagne actuellement un groupe de sept personnes qui a décidé de jeûner durant cinq jours. Certains sont partis pour dix jours mais l’accompagnement que je propose se fait sur cinq jours à travers une rencontre quotidienne de deux heures durant lesquelles je leur partage mes connaissances du jeûne et de l’alimentation saine et consciente. Nous méditons, nous marchons. Les participants amènent également leurs connaissances respectives et de tout ce savoir émane une très belle énergie, de magnifiques échanges. Nous sommes à la fois élève et enseignant.

Cette expérience me remplit de joie et m’anime. J’adore partager avec ses personnes qui ont décidé, de cette manière-là, de prendre soin d’elles, de s’accorder un temps de pause, de bien-être. Un temps pour SOI.

Cet article vous inspire ?

Rejoignez ma communauté en inscrivant votre adresse mail ci-dessous vous recevrez chaque semaine mes conseils, mes astuces et mes expériences qui me permettent de garder ma ligne, ma vitalité et ma joie de vivre en toutes circonstances 

Toutefois, la crainte de certains participants se situe après le jeûne. La reprise alimentaire génère des peurs. Ces peurs je les comprends car je les ai vécues. On a peur de se « salir » en se ré alimentant. Dans cette article je partage avec vous, la prise de conscience que j’ai eu par rapport à la nourriture. Sur ma façon de consommer et sur mes croyances qui ont changé au sujet de la nourriture et de ses bienfaits pour le corps.

L’éducation alimentaire

Avant tout, il faut se rappeler que le jeûne est un processus naturel. La nature jeûne, les animaux jeûnent. Les êtres humains jeûnaient durant les périodes de disettes. Nous avons oublié qu’il y a quelque temps il y avait des périodes d’abondance et de disette. Ce qui signifie que tout le monde jeûnait, non par choix certes, mais par le fait accompli que les réserves s’entamaient jusqu’à s’épuiser et il fallait vivre sur les réserves emmagasinées par le corps.

Aujourd’hui, nous avons oublié tout ça. Fini les périodes de manque. Du moins dans notre société occidentale. La nourriture est partout. Accessible à tout moment du jour et de la nuit. Et par principe nous mangeons nos trois repas par jour sans même se soucier si l’on a faim ou non.

On nous apprend également qu’il est important de ne pas sauter un repas, qu’un repas équilibré contient forcément sa part de féculent, de protéines et de légumes. Sans parler des proportions… Au restaurant, dans le menu du jour que l’on vous propose traditionnellement, il faut quasi entamer une chasse au trésor pour aller dégoter les légumes, l’assiette faisant la part belle à la viande et au féculent.

L’industrie alimentaire

Régulièrement dans les médias, on nous informe que la consommation de la viande a augmenté. Ce qui encourage le développement de la production industrielle de la viande. Les animaux sont devenus des produits industriels. Ils ne sont plus traités avec le respect et l’amour auquel à droit tout être vivant. Ils sont élevés la plupart du temps dans des conditions épouvantables, stressantes, bourrés aux antibiotiques et nous, nous pensons qu’il est sain pour notre corps de lui assurer un apport protéiné à travers un bon steak de boeuf brésilien. Une viande bien tendre et savoureuse. Pour la bouche peut-être. Il faut cependant savoir qu’un animal stressé, nourrit aux antibiotiques, ne va rien nous amené de bon. Au contraire. Sa viande va malmener notre santé. Et là je ne vous parle que des animaux dont la viande va être consommée. Il faut savoir, qu’il y a des élevages entiers de porc, de poules et de poussins qui sont tués parce que l’un d’entre eux est malade et que de s’occuper d’un animal malade qui va potentiellement contaminer ses congénères prend trop de temps. On ne guérit donc pas l’animal, on élimine le troupeau entier.

Savez-vous que le 80% des céréales produites au monde sont uniquement destinées à la nourriture des élevages en masse de bétail ? Ce qui représente des étendues de terre astronomiques transformées en monoculture et traitées aux pesticides.

Il en va de même pour les produits laitiers. On nous sert et ressert depuis des années que les produits laitiers sont nos amis pour la vie. Moi qui étais une grand consommatrice de yaourts, de fromage, de lait et de crème je viens seulement de me rendre compte ce que signifie la production du lait. Les vaches sont engrossées artificiellement pour donner naissance à un veau. Lequel est retiré à sa mère dans les heures qui suivent. La vache va hurler à la recherche de son veau les heures voir les jours qui auront suivi la séparation. On lui prendra son lait pour nourrir nos petits estomacs et nos croyances que les produits laitiers sont essentiels au bon développement de nos enfants et contrer notre potentielle ostéoporose. Alors qu’en réalité, l’être humain au-delà de ces premières années de vie n’a plus les enzymes nécessaires pour les assimiler.

Pinterest

De son côté le veau va grandir plus ou moins longtemps. Selon « sa qualité » il sera vendu au boucher pour être abattu et transformé en viande prête à être consommée.

Comment changer ses habitudes de consommation

Il a fallu que je jeûne, que je me prive de nourriture, pour me rendre à quel point j’ai été robotisée. Le jeûne, par le nettoyage de l’intestin à rendu mon esprit plus claire, plus lucide. Il a enlevé comme un voile, des lunettes noires, des bouchons dans mes oreilles. Les informations me sont arrivées en masse et il a fallu les gérer. Cela impliquait un véritable bouleversement dans mes habitudes quotidiennes. Alors que je pensais me nourrir sainement et avec pour seul devoirs moral de bien trier mes déchets.

Alors on fait quoi lorsqu’un bouleversement vient ébranler toutes nos croyances, lorsque l’on se (r)éveille ? Impossible de fermer les yeux et les oreilles, de revenir en arrière et de faire comme si on ne savait pas.

Pour ma part, afin que tous ces changements soient gérables, j’ai procédé à un changement après l’autre. A peu près dans cet ordre :

Mes recettes pour changer ses habitudes de consommation

✅limiter mes achats au super marché et privilégier les produits vendus par les locaux

✅limiter les emballages

✅changer ma façon de cuisiner, remplacer une semaine après l’autre les produits qui n’entraient plus dans mes critères consommation par ceux qui le devenaient

✅et gentiment arriver à préparer moi-même tout ce que je mange afin d’être certaine de ce que contient ma nourriture

Nous sommes tous responsables

Il est temps de reprendre conscience de cette nourriture, de notre façon de nous alimenter. Il est de notre responsabilité de s’éveiller au niveau de notre conscience alimentaire, de notre consommation. De se rendre compte que tous les produits emballés que l’on nous propose dans les super marchés, où il suffit de tendre le bras, de se servir et de remplir son caddie, ont perdu tout leur sens originel.

Il en va de notre santé physique, morale (puisque l’état du mental dépend directement de l’état de notre corps physique via les intestins notamment). J’ai décidé d’entretenir ma santé, mon corps, cette enveloppe charnelle très précieuse pour cette vie ici-bas, pour expérimenter LA VIE. Je veux l’honorer. Je veux le respecter. Je le fais par amour pour lui, par amour pour moi.

Par ces quelques lignes je ne milite pas pour une alimentation sans produits animaux. Je ne suis pas pour les courants extrémistes. Mais il me tient à coeur de partager mon éveil, celui que j’ai vécu au cours de mon premier jeûne, lors de ma reprise alimentaire. Le fait de ne plus me nourrir sept jours durant m’a fait prendre conscience de la présence de la nourriture dans nos vies. La place qu’elle a dans nos habitudes, nos gestes automatisés. Ce n’est même plus « normal » de s’alimenter, c’est devenu un automatisme. On a perdu la connexion avec notre corps, nos sensations, ce qu’il nous exprime, ce qu’il est capable de faire sans qu’on l’alimente. On stresse notre corps par des apports trop gras, trop sucrés, bourrés d’additifs, de conservateurs et de colorants. On mange machinalement on obéissant à des dogmes sans plus avoir aucune idée de ce qui est bien pour nous.

Il est temps de se reconnecter à ce corps qui nous a été donné, que l’on a décidé d’incarner pour faire nos expériences sur cette terre. Il est temps de prendre nos responsabilités de consommation et non pas s’en remettre aux politiciens. Chacun est responsable à son échelle. Il est maintenant possible de consommer facilement eco-responsable. Pour cela il y a plusieurs façons :

 

Mes recettes pour consommer éco-responsable

 

🍅s’approvisionner dans les marchés à la ferme qui assure une production locale et respectueuse de la terre

🍖pour la viande, privilégier les boucheries locales en se renseignant sur la provenance de la viande : ses conditions d’élevage et d’abattage

🥚pour les oeufs : choisir les oeufs des poules élever en plein air

🧀les produits laitiers : pour ma part je continue de consommer de temps à autre du fromage produit dans la laiterie locale. Je sais d’où vient le lait, dans quelles conditions sont élevées les vaches, chèvres etc. J’évite la mozzarella industrielle dont j’ai eu connaissance des conditions d’élevage des vaches en Italie notamment pour la production de la mozzarelle di Buffala que je pensais meilleure pour ma santé car sans lactose. Mais à choix, je préfère une mozzarella locale issue d’un lait d’une vache élevée dans des conditions respectueuses. Je limite toutefois ma consommation. J’ai de la peine émotionnellement à me détacher de la douleur de la maman vache à laquelle on a enlevé son bébé (mais bon, ça c’est ma facette maman qui ressort)

 

En achetant ainsi ses produits dans les petits commerces, on évite également tout sur conditionnement. Personnellement j’amène mes contenants que l’on me remplit sans rechigner. Alors que j’ai tenté l’expérience en grande surface, à la vente au détail, on a refusé pour des questions d’hygiène.

Voilà ce que le jeûne m’a entre autre apporté et qui me sert encore et encore. Mon regard a complètement changé sur la nourriture et mon corps me dit M E R C I !!!

Et vous êtes-vous réellement conscient de votre alimentation ? Avez-vous déjà réfléchi à votre manière de consommer ? Êtes-vous prêt à faire des petits changements ? Quel serait le tout premier pour vous ?

Comment fait-on en société, en famille ?

Pinterest

Lorsque je vous parle d’une alimentation consciente, cela ne signifie pas que l’on doit analyser chacun de nos achats, des aliments que l’on mange, que l’on consomme. Evidemment lorsque je suis à l’extérieur, chez des amis, la famille, en sortie, ce que j’apprécie en premier c’est le moment de partage avec mes proches. La convivialité, la bonne humeur et tout l’amour qui en ressort. Une alimentation consciente, selon moi c’est être conscient des dommages colatéraux au niveau de la production, de la santé. Et si on arrive à agir d’une manière éco responsable à 80 % et que les 20% restants sont attribués aux plaisirs partagés avec nos proches, c’est aussi une sorte de nourriture saine.

Il est important de faire des choix conscients qui s’apparentent à des cadeaux que l’on se fait. Pour ma part, l’alimentation consciente n’est pas une punition, il n’y a pas de notion de privation. C’est :

un grand OUI à moi pour ma santé et celle de notre Terre Mère

Merci de laisser un commentaire en bas de l’article. Comme d’habitude j’adore vous lire.

Avec tout mon Amour💚

Céline🌷

  • 4
  •  
  •  
  •  
Céline Racine
 

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments
Natacha - 6 septembre 2018

Merci Céline pour tes articles toujours tellement intéressant et merci d’avoir partagé tes connaissances avec nous durant ce stage de jeûne. C’est tellement instructif

Reply
    Céline Racine - 11 septembre 2018

    Hello Natacha, merci pour ton commentaire. Il m’encourage vivement à continuer dans cette voie. J’ai un immense plaisir à partager mes expériences avec vous tous.

    Reply

Leave a Reply: