10 algues à cueillir et à cuisiner facilement - La santé et la minceur au naturel par Céline Racine

10 algues à cueillir et à cuisiner facilement

Me voilà fraîchement rentrée d’Ouessant en Bretagne d’une semaine passée en mode détox. C’est l’endroit idéal pour se ressourcer, lâcher-prise et se connecter avec les éléments de la nature notamment la terre, l’air et l’eau qui se déchaînent à l’infini. Faut s’accrocher car là-bas on en prend plein les yeux, la tête et le coeur.

La semaine étant calée sur les grandes marées et l’équinoxe du printemps, ajouté à cela la pleine lune, je ne vous explique même pas le remue ménage qui s’est passé à l’intérieur de moi. Un vrai nettoyage du corps et de l’esprit. Une détox comme je les aime.

Cet article vous inspire ?

Rejoignez ma communauté en inscrivant votre adresse mail ci-dessous vous recevrez chaque semaine mes conseils, mes astuces et mes expériences qui me permettent de garder ma ligne, ma vitalité et ma joie de vivre en toutes circonstances 

Au programme : repos, balade, récolte d’algues, cuisine végétale. Le rêve quoi…

Ouessant est une petite île du Finistère qui se situe à une trentaine de kilomètres au large des côtes. Ouessant se mérite ! C’est d’abord 8 heures de train depuis chez moi, une nuit à Brest et une traversée plus ou moins mouvementée de 2h30 de bateau. Autant vous dire que celle qui nous amenée à Ouessant cette année, je vais m’en souvenir. Les vagues étaient énormes. ça tanguait un max et nos estomacs de petits suisses ont dû bien s’accrocher. Même que certains ont bien failli s’en aller avec la bile…

Bref, Ouessant est une île qui bénéficie d’un micro climat influencé par le golf stream. Il n’y fait jamais vraiment froid (quoi que…) et jamais chaud aussi. Cette particularité climatique en font des conditions idéales pour le développement des algues. Les algues aiment une température d’eau plutôt fraiche. Celle de l’archipel de Molène ne dépassant guère les 14-15 degrés (en octobre novembre après les mois les plus chauds de l’année) sa flore marine est plutôt bien.

algues-eveillee-celine racine

Il n’y a qu’une année que j’ai découvert cet univers aquatique. J’ai été fasciné par la diversité des végétaux que la mer nous offre. Jusque-là, pour moi les algues ce n’était que le amas putréfiant et nauséabond que nous reléguait la mer par ses vagues et ses marées. Certes j’avais bien testé la spiruline (algues d’eau douce), le wakamé en salade et les nori en sushi. Mais tout cela restait bien abstrait et exotique pour moi.

Ce n’est que lorsque j’ai découvert le jardin florissant sous marin que j’ai pris conscience de la richesse de cette flore. A mon plus grand étonnement les Ouessantins (les habitants de l’île) ne consomment absolument pas les algues. Elles représentent pour eux la même image que nous avons chez nous des plantes sauvages de nos prés et forêts.

Et pourtant ! Quels attraits ces algues. Il y en a de toutes les couleurs, de toutes les textures, de toutes les formes. Et en plus elles ont un réel intérêt nutritif. Elles supplantent de loin viandes et produits laitiers en protéines et en calcium. Se sont de vraies bombes nutritionnelles à l’image des graines germées.

Il est temps de s’y mettre plus sérieusement en consommant des algues régulièrement pour notre bien-être. La nature nous en fait don. Pourquoi s’en priver ?

En lisant cet article, vous découvrirez que c’est bien plus facile qu’il n’y paraît de les introduire dans nos habitudes alimentaires quotidiennes. Mais attention ! Avec modération s’il vous plaît.

En effet, les algues contiennent tellement de bienfaits nutritionnels qu’en manger d’un seul coup une grande quantité pourrait amener quelques perturbations : insomnies, inconforts digestifs, ….

Voici quelques algues que j’ai eu la chance de découvrir, cueillir, cuisiner et déguster en Bretagne

On récolte les algues au printemps

Pourquoi récolter les algues au printemps me demanderez-vous ? Il y a plusieurs raisons :

1. la grande marée : En période de grande marée son coefficient se situe entre 107 et 115. La plus grande marée de l’année est celle du printemps. La mer descend entre 6 et 7 m à Ouessant jusqu’à 12 m en Normandie. Et comme les algues ont besoin de soleil pour se développer, la mer basse va permettre au soleil de les nourrir de lumière.
2. les pousses sont jeunes et tendres à l’image de nos légumes terrestres. On les préfère ainsi.
3. L’eau est froide après l’hiver. Elle n’a pas encore eu le temps de se réchauffer (Même si à Ouessant elle ne se réchauffe pas vraiment🥶)

Ou récolter les algues

Les algues se développent et se récoltent naturellement dans les eaux froides. Comme mentionné ci-dessus, les algues aiment les eaux froides et battues. Une mer battue est une mer remuée donc bien oxygénée. L’eau n’est pas stagnante. Une eau stagnante non oxygénée permettrait la prolifération d’algues invasives qui étoufferaient ce biotop.

On veillera également à la qualité de l’eau qui ne doit pas être polluée par des usines avoisinantes. Or, il se trouve que la qualité de l’eau dans l’archipel de Molène est exceptionnelle. Aucune pollution ne vient perturbée ce jardin marin d’Eden.

Les algues en 3 couleurs

Les algues se distinguent en 3 couleurs :

1. verte
2. rouge
3. brune

Leur couleur dépend de la lumière qu’elles ont reçu. Les vertes étant celles qui en ont reçu le plus se trouvent au premier étage de l’estran. Viennent ensuite les rouges puis les brunes.

Une algue fraîche est une algue qui a une couleur vive et qui est accroché à son caillou. Il doit y avoir une résistance lorsque l’on tire dessus. On ne ramasse pas des algues détachées. Une algue détachée est une algue morte qui a débuté son processus de décomposition.

1. Les algues vertes

Dans la catégorie des algues vertes j’ai découvert :

🌱la Laitue de mer
🌱le Persil de mer
🌱l’Ascophylle (spaghetti ou haricot de mer)

La Laitue de mer

La laitue de mer est une algue qui ressemble vraiment à de la salade. D’ailleurs lorsque l’on peut l’observer à marée basse ses jeunes pousses me font penser au jardin potager dans lequel s’épanouissent des têtes de salade verte. Son vert est presque fluo. Il attire l’oeil avec la lumière qui s’en dégage.

algues-eveillee-celine racine

Jeunes pousses de laitue de mer

D’ailleurs elle va se manger comme une salade. On la pochera éventuellement quelques minutes puis on la laissera refroidir aussitôt pour stopper la cuisson. On la dégustera avec une vinaigrette.

Il est cependant possible de la consommer cru également en salade ou à déposer simplement sur une soupe (miso par exemple). La température de la soupe va la cuire juste ce qu’il faut.

La laitue de mer est l’algue qui détient le plus de calcium, de surcroît parfaitement assimilable. Elle est aussi la championne du magnésium.

Le Persil de mer

Le Persil de mer est la cousine de la laitue. Elle est comme des cheveux sur le rocher. Des filaments tout fins qui coiffent le caillou sur lequel elle se développe. Celle-ci a les mêmes intérêts nutritifs que la laitue. On l’ajoute sur des plats chauds. La chaleur du plat va la pré cuire et donner une touche subtile au plat.

L’Ascophylle

L’Ascophylle est dotée d’une longue tige d’où partent des rameaux dotés de petites capsules qui sont ses organes reproducteurs. En pressant ces capsules en sort un gel hyper hydratant pour la peau. Elle est d’ailleurs cueillie pour la cosmétique. Cette algue a un grand pouvoir régénérant pour la peau. Elle est utilisée pour les crèmes anti vieillissement.

algues-eveillee-celine racine

L’Ascophylle

Elle a aussi la particularité de faire baisser le taux de sucre dans le sang. C’est une algue très intéressante pour les diabétiques.

Cette algue n’est pas intéressante au niveau gustatif. Par contre elle sera utilisée comme papillote pour les poissons cuits au four. Elle remplace la croûte de sel pour les poissons à peau fine qui viendrait beaucoup trop saler leur chair.

Il faudra aussi penser à faire cuire le poisson plus longuement puisque celui-ci est cuisiné à l’étouffée. En suivant ce procédé, sa saveur en sera bien meilleure qu’une cuisson au papier d’aluminium.

L’Himantalia (spaghetti ou haricots de mer)

Ne prélever que le tiers du bout. A cuire 2-3 minutes. Elles virent vert fluo et al dente. Excellent ! Très très Riche en vitamines C. Elle coiffe au poteau les produits laitiers. En cas d’ostéoporose il serait très intéressant d’en consommer régulièrement. Car ici, le calcium se fixe sans problème.

Cornichon de mer

Bien rincer et mettre dans vinaigre d’alcool 2 à 3 semaines. Et à consommer comme des cornichons, ou à utiliser à la place des câpres.

algues-eveillee-celine racine

Au premier plan : cornichons de mer. En diagonale : la Kombu

2. Les algues rouges

La Dulse

Cette algue se présente comme une salade feuille de chêne. Celle-ci sera simplement cuite au jus de citron. Additionné d’un filet d’huile d’olive et servi en entrée est un vrai délice.

algues-eveillee-celine racine

La Dulse

Cette algue est la championne des protéines. Elle en contient plus de 55%.

La Laurencia

C’est le poivre de mer. Elle ne se cuit ni se sèche. Elle se mange fraîche uniquement. Il suffit de bien la rincer, de l’émincer et de l’ajouter à un chèvre frais, une base végétale au goût neutre faite avec des noix de macadamia. A tartiner sur un morceau de pain ou comme « mayonnaise » avec des asperges… Je vous explique même pas son petit goût piquant qui s’en dégage. C’est surprenant !

algues-eveillee-celine-racine

La Laurencia

Cette algue disparaît des eaux à partir de juin. Elle pousse en quantité au « second étage » de l’estran. On peut trouver de gros gisements d’où s’en dégagent son fort parfum.

La Nori

Tout le monde connaît la Nori. C’est l’algue qui enveloppe les sushis. Chez nous on la trouve en plaque déshydratée.

Cette algue est une solitaire. Elle ne se mêle pas aux autres et préfèrent les spots très brassés.

algue nori-eveillee-celine racine

Algue Nori

Elle a un vrai goût de champignon. L’idéal est de la marier à un risotto ou de l’ajouter à une omelette. Ce sont de très belles idées gustatives et très simples à incorporer à nos habitudes alimentaires. Il semblerait que la meilleure recette soit de la servir avec les ormeaux en les faisant revenir à la poêle avec de l’ail 5 à 6 minutes et en y ajoutant un peu de crème en fin de cuisson. A tester.

3. les algues brunes

La Kombu

Quand on la trouve juste à fleur d’eau, on croirait réellement au dos d’un crocodile tant par sa couleur que par sa texture et ses motifs. On la choisira plutôt petite. Sinon elle sera trop coriace.

algue kombu-eveillee-celine racine

Kombu

Elle fera plus que l’affaire pour la cuisson d’un bar en papillote.

Lors de mon stage, nous l’avons farci avec du riz, de l’avocat, tomates séchées et câpres. Arrosé de tamari c’était délicieux.

algue kombu-eveillee-celine racine

Kombu farci prête à être enroulée sur elle-même

Fucus dentelé

Cette algue est dotée de flotteurs pour rester en surface et capter la lumière. C’est l’algue qui garni tous les plats de crustacées et de coquillages mais n’a aucun intérêt à la cuisson. Par contre elle remplacera aisément carottes, navets et oignons dans la préparation d’un bouillon dans lequel on plongera notre poisson pour sa cuisson au court-bouillon.

algue-fucus dentelé-eveillee-celine racine

Le Fucus dentelé

Pourquoi consommer des algues

Leur intérêt gustatif est si étonnant et surprenant que cela en fait déjà une très bonne raison d’en consommer. Et puis ça amène aussi de la diversité végétale dans nos assiettes.

Au-delà de ces deux aspects, les bienfaits nutritionnels des algues sont LE très bon argument pour vous encourager à manger les algues.

Ils sont une source de protéines, de fibres, minéraux (fer, calcium, magnesium, zinc, cuivre, iode) et de vitamines A, B B1, B2, B6, B12 (indispensables pour les végétariens), E, F, K etc…

Et sans oublier qu’elles représentent un apport en oméga 3.

Allez-y ! Foncez et n’hésitez plus !

C’est bien beau tout ça me direz-vous. C’est pas tous les jours que l’on peut aller en Bretagne cueillir des algues !

Certes ! Mais bonne nouvelle, les algues peuvent aussi se trouver chez nous sous différentes formes. Voyez plutôt :

Ou trouver des algues chez nous

En magasin bio vous trouverez plusieurs des algues citées ci-dessus. Dont notamment :

La salade du pêcheur

Qui est composée de nori, dulse et laitue de mer. Elle est conditionnée sous forme de paillettes sèches.

Le spaghetti de mer

On le trouve lui dans des barquettes conservé dans du sel. La différence entre l’Himantalya cueilli et cuisiné fraîchement ou conservé et cuisiné plus tardivement résidera dans la couleur de l’algue. Dans le premier cas elle vire au vert presque fluo, dans le deuxième elle devient brune. Mais le goût et la texture restent les mêmes.

La Nori

On la trouve séchée sous forme de feuilles pour en faire des sushis ou autres spécialités japonaises.

Le tartare d’algues

Tout prêt en bocal.

La spiruline

sous forme de poudre ou de comprimés qui n’ont pas été compactés de préférence. Privilégiez-la de culture européenne (sud de la France) et évitez celle venant de Chine.

Comment consommer les algues

En tartare que l’on peut facilement concocté avec la salade du pêcheur en ajoutant échalotes, huile d’olive, poivre et sel et c’est tout !

tartare d'algues-eveillee-celine racine
La salade du pêcheur : à parsemer sur une salade, une soupe, un smoothie.

Le spaghetti de mer se plonge dans l’eau bouillante quelques minutes afin de garder son croquant. On en fait de petits nids sur lesquels on dépose une découpe de tomate séchée, quelques graines de sésame le tout arrosé d’un filet de tamari.

algue spaghetti de mer-eveillee-celine racine
La spiruline : avaler le comprimé ou ajouter la poudre dans vos différentes préparations au yaourth, smoothie, salade, etc…

La salade de wakamé tout prête que l’on trouve facilement même en grande surface. Personnellement je ne la consomme pas ainsi car j’évite les emballages plastiques.

Pour aller plus loin, vous trouverez dans ces livres de très bonnes recettes toutes simples pour introduire tout en douceur les algues dans votre alimentation :

Les algues de A à Z de Carole Dougoud Chavannes
Connaître et cuisiner les algues bretonnes de Pierrick Le Roux
Vive les algues de Hugo Morel

Vous savez tout (ou presque) sur les algues alimentaires. Et si vous testiez maintenant ? Donnez-moi de vos nouvelles sur vos expériences avec les algues. Je serais ravie que vous les partagiez avec moi. Laissez-moi vos commentaires, vos remarques et vos questions. J’adorerais vous lire et vous répondre.

 

Céline🌷

 

  •  
  •  
  •  
  •  
Céline Racine
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: